Specialized Epic Ultimate (1995)

 

Si les relations américano-russes ne s’étaient pas réchauffées pendant les années 80, ce vélo n’aurait jamais vu le jour. La fin des tensions entre les deux pays permirent aux civils de profiter de nouveaux matériaux et de nouvelles technologies jusqu’alors réservés à des fins belliqueuses !

_MG_6363

En 1985, Specialized investit près de 250 000 $ pour récupérer un des premiers logiciels de conception 3D, Jim Merz, l’ingénieur maison, va s’initier aux secrets de la fibre composite, un nouveau matériau dont les applications dans les domaines du sport débutaient : automobile, moto, tennis, cyclisme (Bernard Hinault gagnerale Tour de France 85 sur un des premiers cadres carbone). Le S-Works Epic Ultimate est commercialisé en 1988.Specialized Epic Ultimate (1995) dans Historique trans Les sept tubes principaux sont dans une fibre de carbone unidirectionnelle de haut module, mais sans le tressage apparent et collés sur des raccords acier fabriqués au Japon (dans l’usine qui sous-traite les autres cadres de la marque). Mais l’acier est trop présent et le résultat n’est pas aussi léger que prévu. Jim Merz va alors contacter Metalworks (encore eux !) pour réaliser des raccordsen titane, non seulement plus léger, mais surtout avec des propriétés équivalentes aux tubes carbone, ce qui permet de garantir la meilleure qualité de collage.Autre nouveauté et prouesse technique :les bases composites sont entièrement moulées en forme conique et cintrée.ultmmmm Leur rigidité suffisantes supprimera l’entretoise située derrière le boîtier de pédalier et favorisera le dégagement autour du pneu. Au guidon de ce nouvel Epic Ultimate, Ned Overend va remporter le titre 1990 de champion du monde de cross-country à Durango. A moins de 1,5 kg le cadre, le gain de poids est tel que les 600 grammes ajoutés par une fourche RockShox passent inaperçus (Ned roulait en tout rigide.

Mais pour conserver dans les descentes les avantages apportés par ce vélo dans les montées, ou les portions roulantes, « Mr América » misa exceptionnel­lement sur l’utilisation de ces nouvelles fourches télescopiques). Mille cinq cents S-Works Epic Ultimate seront fabriqués entre 1988 et 1995. Les premiers modèles aux raccords en acier se vendent 2 400 $ (pour un ensemble cadre/fourche rigide). Puis, la note s’élèvera à 3 800 $, lorsque Specialized fera sous-traiter ses raccords en titane par Merlin. Même si ce dernier cadre est le seul modèle Specialized entièrement fabriqué aux USA, son coût de réalisation est vraiment beaucoup trop élevé, et le S-Works Epie Ultimate ne sera pas le vélo officiel du team (les pilotes Specialized rouleront sur les modèles en alu M2 Duralcan), mais sera plutôt présenté comme une vitrine technologique de la marque. La version présentée ici est l’un des soixante derniers cadres numérotés et signés par Ned Overend en 1995, pour commémorer sa victoire aux Championnats du monde de 1990 (Ned possède le numéro 1).

fffffffffffffffffffEn Shimano XTR M900, ce vélo est équipé d’une fourche Specialized Future Shock FSX, qui vaut bien à elle seule un petit détour. En 1992, en association avec RockShox, Specialized va développer et commercialiser ses propres fourches télescopiques, les Future Shock. Fourreaux en fibre de carbone et visserie complète en titane, cette fourche exceptionnelle de 45 mm de débat’ plutôt ferme, était une des plus légères du marché avec ses 1,2 kg.
Le vélo est taillé pour la compétition. Sa géométrie classique équilibre la machine entre agilité et stabilité. Le rendement est phénoménal, à condition d’avoir la condition physique pour apprécier son efficacité et pour le dompter. Dommage qu’en y apposant sa signature dessus, « Mr America » n’ait pas fourni ses jambes et sa technique de pilotage avec le vélo.

Magazine VÉLO TOUT TERRAIN 176

 

 


Autres articles

Répondre

gentilscorpion |
christodu89 |
boxe française stade poitevin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ES Vernier 2LCM
| Le vélo de Pétaki
| préqualification sport anim...